Saturday, August 6, 2022

 



"... La lueur des lampadaires, dont l’orangé teintait la nuit d’une nuance sépia, s’accordait assez bien avec la mélancolie, à la fois triste et douce, qui m’avait absorbé. J’errai longtemps, sans éprouver de fatigue, de petites rues sombres en petites rues sombres ; coupe-gorge étroits et déserts où s’exprimait encore, en effluves nauséabonds, le passé marin de la cité, et où, privilège de mendiant, je pouvais marcher sans crainte. Mes pas me menèrent vers le fleuve, juste au bord de ses eaux qui clapotaient doucement contre les quais. 

Une brume épaisse s’était levée et avait graduellement effacé tous mes points de repères : je m’aperçus que je n’avais aucune idée du lieu où je me trouvais. Je pris cependant rapidement conscience que cet endroit avait quelque chose d’intrinsèquement différent ; différence subtile à laquelle je ne pus trouver ni définition ni explication. Égaré et impuissant, je me contentai de ne penser à rien et de m’imprégner de l’ambiance qui régnait autour de moi. La métropole était immense. Je ne la reconnaissais pas mais la sentais palpiter autour de moi, à la fois familière et énigmatique ; comme la rivière, ondulante et suprême, grosse d’ombres, de souffles et de mystères. Étranger dans un lieu étrange, je respirai profondément et laissai s’égarer mon regard désorienté. Le brouillard qui, monté de la mer, porté par vents et courants, avait touché la ville de sa fraîcheur iodée, me la révélait, dans la magie de son flou irradié de lumières, comme une vision fantastique et miraculeuse. J’avais la sensation d’être dans un entre-deux à la fois réel et fabuleux. Je pensai à la Cité des hommes et à la Cité de Dieu. J’étais perdu et cela me parut délicieux."

Extrait de AYUB, mon roman initiatique et alchimique, en vente chez l'éditeur sur www.artetsymboles.com/ayub, ou sur Amazon, ou encore en commande chez votre libraire.

Bonnes vacances à tous et, je l'espère, bonne lecture ! :)




Friday, May 6, 2022

La genèse de AYUB et quelques conseils pour vivre le livre plutôt que juste le lire.





Genèse de AYUB.


Mon roman AYUB parle d’une initiation qui, par alchimie spirituelle, transforme un homme à peine formé en ce qu’il est vraiment dans son essence : en ce qu'il a le potentiel de devenir.

AYUB est le résultat tangible d’une expérience d’écriture initiatique, qui m’a fait symboliquement et spirituellement naître à moi-même. Je l’ai écrit dans l’espoir qu’il soit pour ses lecteurs non seulement une lecture originale, mais aussi une expérience potentiellement transformative.

Nous vivons dans une société résolument matérialiste et avons négligé, à notre détriment, l’importance de notre inconscient, l’athanor (le four des transformations alchimiques) où naissent et se développent nos émotions et motivations les plus puissantes. 

J’ai vécu les années de mon initiation, durant lesquelles j’ai écrit AYUB, au contact d’anciens textes et images alchimiques et mystiques, qui m’ont donné accès à cet autre langage, celui des rêves et de l’inconscient, celui de notre être le plus profond, celui de l’éternel humain.

Parmi les nombreux textes et documents que j’ai étudiés en profondeur, les images du "Rosarium Philosophorum" et du "Splendor Solis" ainsi que le texte de La Divine Comédie de Dante ont joué un rôle particulièrement important dans mon initiation.



Le Rosarium Philosophorum - Le Rosaire des Philosophes 


Comment la nécessité d'écrire AYUB s'est imposée à moi.

AYUB a une place très particulière dans ma production littéraire ainsi que dans ma vie. Il a beau être en surface fictionnel, il est vrai en profondeur. Tous mes autres écrits sont liés à lui. Il est la racine de tout, l’expression la plus épurée de ce que mon initiation spirituelle m’a révélée. C’est le livre qui m’a donné naissance une seconde fois. 

Mon travail d’écrivain a toujours été lié à ma quête spirituelle, ma quête d’un sens à la vie et à la condition humaine. Déjà mes histoires pour jeunes adolescents, publiées par l’éditeur anglais Hodder & Stoughton, et mon premier roman inédit, Aux Portes de la Nuit, avaient cette dimension mais encore en ébauche. 

Le déclic qui déclencha en moi la nécessité d’écrire AYUB se passa lorsque des amis perdirent leur fils de 25 ans dans un épouvantable accident de moto. Je fus aux premières loges de leur souffrance et de leur désespoir face à l’horreur et à l’absurdité de leur perte. Je n’avais que 30 ans. Lorsque le père du jeune homme défunt me demanda alors que nous veillions son fils: « quel est le sens de ce cauchemar ? », je ne pus que lui répondre que je n’en voyais aucun. Un an après ce grand malheur, et souffrant de dépression, je compris qu’il m’allait falloir trouver un sens à la vie pour pouvoir continuer à vivre et peut-être pour pouvoir aider d’autres personnes égarées autour de moi.

Ainsi commença un intense travail de dix ans, sept années de quête dont trois années à écrire AYUB ainsi que trois ans de plus à l'alléger et à le peaufiner, car sa première version était plus proche d'une thèse que d'un roman !



L'égarement de Dante dans la forêt profonde au début de La Divine Comédie

AYUB ou le fruit d'une quête spirituelle.

C’est à partir d’une table rase, après le rejet de la religion dans laquelle j’avais été élevée, que ma recherche spirituelle a démarré : j’avais eu la chance d’acquérir, grâce à cette éducation religieuse, les connaissances de base et le langage nécessaires pour oser me lancer dans ce travail en solitaire. Mes études de littérature ont elles aussi été un atout.

J’avais lu quelque part que la différence entre un franc-maçon, ou un religieux, et un alchimiste venait du fait que les deux premiers progressaient spirituellement au sein de leur communauté et à travers un rituel, alors que le dernier travaillait seul dans l’ombre de son laboratoire et ne progressait que par ses erreurs et son travail. Je me suis immédiatement identifiée dans le rôle de l’alchimiste : je savais que mon initiation serait solitaire, que mon travail serait sur mon livre (et bien sûr moi-même) et que mes maîtres seraient les écrits de grands initiés disparus.

Je lus énormément, comme je le fais toujours (je venais de finir mon doctorat et une formation universitaire ne s'oublie jamais !), mais cette fois-ci ce n'était plus juste de la recherche factuelle, c'était une quête personnelle : chaque lecture était non seulement analysée mais aussi digérée et vécue. Je dévorai les grands textes des traditions mystiques des trois religions du Livre – le soufisme, le gnosticisme, la Cabbale, et bien sûr l'alchimie –, mais aussi du bouddhisme. Je ne gardais en moi que les pépites qui me nourrissaient et dont le sens me parlait.

Bientôt je commençai à identifier des liens lumineux entre les livres que je lisais, entre les différentes traditions spirituelles humaines. Je voyais en filigrane de notre extraordinaire diversité une profonde unité qui nous reliait tous.

Le mouvement en spirale de la structure d’AYUB a été inspiré par le "Rosarium Philosophorum", qui m'a immédiatement parlé d'involution et d'évolution de l'esprit dans la matière : cette danse sublime entre la matière et son potentiel spirituel.

Je me suis aussi plongée dans la beauté étrange d’autres dessins alchimiques, mettant ceux qui me parlaient le plus sur mon mur, et vivant avec eux jusqu'à ce qu'ils se révèlent à moi. J'ai lu avec passion des textes d'alchimie spirituelle, dont le style obscur et l'atmosphère onirique m'ont profondément affectée. La Divine Comédie de Dante a eu sur moi un effet semblable, puissant et transformateur. J'ai eu le sentiment que mon esprit s'élargissait, j'ai senti des portes s'ouvrir en moi et un flot a pu passer entre mon inconscient au langage ésotérique et alchimique et mon conscient rationnel. Grâce à cette métamorphose en moi, écrire AYUB n'a pas été pour moi une expérience normale et ma façon d’écrire en a été depuis transformée. 

L'écriture des épreuves à la fin de chacune des quatre parties du livre a été pour moi une expérience quasi visionnaire, précédée à chaque fois par une impossibilité de continuer à écrire le livre, une période de questionnements et de doutes pénibles accompagnés de douleurs physiques, jusqu'au jour où, sans prévenir, je pouvais enfin m’asseoir à mon ordinateur et écrire chaque épreuve d'une traite, leurs images s'imposant clairement à moi, comme si j'étais guidée.

Ces épisodes visionnaires sont des moments où le roman qui parle du monde de nos jours se met à décrire celui, trop souvent ignoré, de nos nuits. Les rêves et les épreuves sont, pour moi, les passages réellement initiatiques du livre car le lecteur doit renoncer à son intellect pour accepter de se plonger dans l'océan de l'inconscient, là où nous pouvons tous toucher à l'universel, à l'humain éternel et nous transformer. C'est là où je peux enfin sortir du carcan rigide de la réalité matérielle des mots et des images familières qui leur sont attachées, afin d’entraîner le lecteur dans une autre dimension, où la réalité est autre. 




Trois images du "Splendor Solis" dont la dernière, ma préférée: 
la mort du vieux roi, notre conscient noyé dans les flots de l'imaginaire, et qui passe son sceptre à notre inconscient, le jeune roi sur le rivage (c'est une interprétation parmi bien d'autres : quelle est la vôtre?)


Quelques conseils de lecture :

C'est ici où je me permettrai de donner à mes chers lecteurs quelques conseils de lecture. Je leur demande de suspendre leur intellect lié au monde matérialiste dans lequel nos vivons et de s'en remettre plus à leur ressenti, à leur imagination; de se laisser prendre par la magie de l'histoire et des images décrites, car ces passages parlent à leur inconscient plutôt qu'à leur conscient.

La lecture est de toute façon un précieux exercice pour notre inconscient car nous recréons toujours l'histoire que nous lisons dans nos têtes avec notre propre vécu et nos propres expériences. Mais en général, les histoires pour adultes que nous lisons sont racontées de façon réaliste, même lorsqu'il s'agit de science fiction ou de fantasy. 

Le monde décrit dans les passages visionnaires de AYUB est autre. Il est né du plus profond de mon inconscient et s'adresse à l'inconscient de mes lecteurs. C'était déjà le cas dans ma trilogie Les Maîtres de l'Orage, où le monde souterrain de l'Île Verte est le monde de l'inconscient, où les règles et lois de nos jours sont suspendues pour laisser place aux étrangetés pleines de sens qui emplissent nos nuits. C'est un monde que mes ancêtres bretons (et bien d'autres partout sur Terre) reconnaissaient et appelaient "l'Autre Monde".

J’espère de tout cœur que ces épisodes initiatiques pourront encourager mes lecteurs à se lancer dans leur propre aventure initiatique ; une aventure ouverte à tout humain qui est prêt à s’y essayer. 

Dans le roman, même si Danny, un lambda comme nous tous, n’est pas un grand initié (peu d’entre nous peuvent accéder à cet état), il est un néophyte en quête de sens, comme tout humain peut le devenir. On pourrait dire, en termes d’alchimie spirituelle, que sa prima materia, son grand-œuvre et sa pierre philosophale sont à découvrir et à créer au fond de lui. 

Le point de départ de la quête est au fond de chacun d’entre nous.

À bientôt, chers amis, et bonne lecture !


La bande-annonce de AYUB sur Youtube:



Friday, April 29, 2022

La bande-annonce de AYUB.

 



Chers amis,

J'espère que vous allez bien.

Malgré les nuages menaçants qui assombrissent notre quotidien, le printemps est arrivé, porteur universel de renouveau et d'espoir. 

Comme promis, voici un second message de blog à propos de mon nouveau roman initiatique, AYUB : cette fois-ci pour partager avec vous son teaser, qui vous donnera une idée de son atmosphère et de son thème central.

Mon prochain message de blog vous proposera quelques petites suggestions pour vous aider, je l'espère, à vivre plutôt qu'à juste lire les passages visionnaires dans le roman.

Bon week-end à vous tous et à bientôt !


Cliquez sur l'image ci-dessous:



Sunday, April 17, 2022

Joyeuses fêtes, chers amis! Une grande nouvelle: AYUB est né!

 




Chers amis,

 

Cela n’arrive que tous les trente-trois ans: vendredi dernier, le peuple juif a célébré la Pâque pour marquer l'exode des Israélites hors d’Égypte. Le même jour, les chrétiens ont observé le Vendredi Saint pour commémorer la crucifixion de Jésus, avant de célébrer aujourd’hui le dimanche de Pâques, lorsqu'il est ressuscité des morts. Au cours de ce week-end, les musulmans continueront d'observer le Ramadan, un mois de prières et de jeûne pour commémorer la transmission du Coran. Ajoutons à ces fêtes des trois religions du Livre, nos ancestrales fêtes païennes célébrant l'equinoxe: fêtes du Renouveau et du printemps. La célébration de la lumière et de l'espoir contre la nuit angoissante de l'hiver.

En ces temps si sombres, de guerre, d'intolérance et de haine, une période festive qui rassemble tant d'êtres humains est vraiment à célébrer.

En ces temps si sombres, j'ai moi aussi une nouvelle positive à vous annoncer : mon roman initiatique, AYUB, est publié par une excellente maison d'édition alchimique, du nom de Éditions Philomène Alchimie.

C'est un roman écrit pour l'époque complexe et difficile que nous vivons, et qui pose de nombreuses questions que la plupart d'entre nous se pose.  C’est aussi un roman tout à fait pascal, dans la mesure où il raconte le voyage initiatique d’un homme perdu, en dérive, de la mort à la vie.

Comme "Les Maîtres de l'Orage" et tout ce que j'écris, AYUB tente de décrypter le monde dans lequel nous existons ainsi que les profondeurs de notre univers intérieur. Son but est d'apporter un peu plus de lumière mais aussi d'espoir à ses lecteurs.

Si vous avez aimé les passages initiatiques et magiques dans ma série "Les Maîtres de l'Orage" (publiée par Le Tram Noir, Lemaître Publishing), je pense vraiment que AYUB vous plaira. (NB: Contrairement à ma trilogie, qui peut être lue par tous les âges, AYUB n'est pas un roman pour les enfants.)

Merci à toutes et à tous de votre loyauté et de votre soutien.

Bonne lecture et surtout Joyeuses Pâques, Joyeuse Pâque et bon Ramadan !


PS: Mon livre est en vente directe sur le site de mon éditeur (pour tous les pays): https://artetsymboles.com/ayub.html. Je vous recommande d'aller découvrir sans tarder leur site magnifique et généreux (ils offrent beaucoup d'articles fascinants à lire gratuitement).

Mon livre est aussi disponible en commande chez votre libraire ou en vente sur Amazon et autres sites de librairies en ligne. 

Plus de détails sur mon livre ci-dessous!




Médusa, l'emblème de la maison d'édition, Philomène Alchimie



AYUB

Roman ésotérique de V. David-Martin

Un voyage initiatique de la mort à la vie.

  

EXTRAIT :

« Au petit matin, éreinté par la marche et les tourments, j’osai enfin m’asseoir. Après quelques minutes d’abattement et de stupeur, je levai la tête et vis, comme inspiré par un élan de conscience absolue, la perfection qui partout m’entourait, l’herbe humide de rosée, la fraîcheur verte des arbres, la pâleur dorée du ciel ; et je me souvins de l’extraordinaire cadeau qui m’avait été fait un soir d’orage dans un parc tout à fait semblable à celui-ci. 

Je me rappelai l’indicible beauté de la vision et, en un éclair de compréhension, je saisis l’essence de la puissance née de l’orage, du mélange de l’eau et du feu, du mélange de deux contraires : la raison et l’instinct, l’ordre et le désordre, le bien et le mal... De même, je sentis que si l’aube était parfaite c’était parce qu’elle retenait encore quelque chose des mystères de la nuit, tout en s’éclairant doucement des promesses du jour. L’harmonie absolue de l’univers soudain me frappait et, toute fatigue envolée, je sentis frémir en moi un bonheur intense. 

Je compris que j’appartenais au monde : lui en moi, et moi par lui, avec lui et en lui. Tout était lié, Hawken, l’étoile que je voyais encore luire dans le ciel clair, l’oiseau qui flottait sur l’air, l’arbre qui murmurait dans la brise, la fleur qui s’éveillait, le ver qui se lovait dans l’herbe, le roc qui somnolait, et moi, et tous les êtres. « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour accomplir les miracles de l’unique. » Pourquoi oublions-nous tellement souvent le pouvoir de ce si simple secret ? »

 

SYNOPSIS ET GRANDS THEMES :

Un soir d’hiver dans les années 1990, au cœur d’une grande métropole, la vie médiocre de Danny brutalement bascule. À partir de ce moment, tout sera différent.

Le narrateur, un jeune homme en dérive dans un monde matérialiste et postmoderne auquel il ne se sent pas appartenir, se retrouve du jour au lendemain à la rue. Tombé dans la déchéance, aussi bien sociale que physique et morale, il rencontre l’énigmatique Virgile, un alchimiste spagyriste, qui lui offre refuge dans son antre sous la terre. Cette expérience marque pour Danny le début d’un extraordinaire voyage initiatique, voyage de découverte et de reconstruction, entre conscient et inconscient, réalité et rêve, doutes et révélations. À travers une suite d'épreuves de plus en plus exigeantes et visionnaires, ce périple en profondeur le mènera vers une rédemption personnelle et la vision fulgurante d’une rédemption universelle, quand il pourra enfin comprendre le miracle d’Ayub.

Derrière l’intrigue mystérieuse, dont les racines plongent dans une tradition mystique et ésotérique séculaire, ce sont les questions plus pressantes que jamais du sens de la souffrance humaine, du sens de la vie, et du rapport souvent négligé de l’homme à l’inconscient et au spirituel, qui deviendront le centre de la quête de Danny.

AYUB n’impose aucune réponse, car il existe autant de chemins pour parvenir à l’éveil qu’il existe d’individus, mais il incite chacun à découvrir que la vie est une quête dont le départ est au fond de soi.

AYUB est dédié à tous ceux qui cherchent. 

 

A venir sur ce blog : la genèse de AYUB, une bande annonce de AYUB et quelques conseils de lecture pour vivre l'initiation de Danny plutôt que juste la lire. 

  







Sunday, December 26, 2021

Bonne Année 2022, chers amis!


    Chers amis,


    Pardonnez-moi, s'il vous plaît, ce long silence sur mon blog. 

    Me revoici pour vous souhaiter de tout coeur une nouvelle année, pleine de santé, d'espoir et de joies. Mon coeur est avec toutes celles et tous ceux parmi vous qui ont perdu des êtres aimés en 2021, ceux qui sont malades et ceux qui sont dans la solitude et l'angoisse. 

    2021 s'est hélas encore déroulée sous le signe de la Covid et de la montée du fascisme en Europe. Au Royaume-Uni, avec le régime Trumpien de Boris Johnson; en France, avec les campagnes éléctorales d'extrêmistes qui prétendent représenter l'esprit de la "vraie" France alors qu'ils ne représentent que la haine, l'ignorance et la division.

    Notre Terre est à bout et les catastrophes climatiques se succèdent. Hélas l'aveuglement des puissants et l'avidité des riches ralentissent les chagements qui sont vitaux pour que nos descendants aient eux aussi le privilège immense de vivre sur une planète accueillante et miraculeuse comme notre Terre, une oasis de vie dans l'immensité de l'univers.

    Pour cette nouvelle année, je nous souhaite à tous le don de clairvoyance et le courage nécessaire pour changer nos priorités afin de favoriser l'essentiel dans nos vies. Je nous souhaite d'avoir le courage de la bonté, de la générosité, de la tolérance, du respect de soi et de l'autre, du respect des créatures vivantes et de notre mère la Terre. Je nous souhaite à tous de devenir "des instruments du Bien" comme Arnaud dans le passage ci-dessous, des héros du quotidien qui apportent lumière et espérance autour de nous.

    Avec toute mon amitié,

    Véronique 





        EXTRAIT de Les Maîtres de l'Orage, 

Tome 3, La Voix de l'Egrégore 

Partie 1 : L'Appel


"L’adolescent regardait le druide avec intensité.

— Ne t’inquiète pas, dit ce dernier. Je ne suis pas un sorcier. Je suis juste en harmonie avec moi-même. Ce qui veut dire que je peux devenir une sorte d’antenne. Avec la Terre, qui va me dire, je l’espère, où nous allons pouvoir célébrer le solstice d’hiver demain soir. Avec toi, qui vas, je l’espère, me faire confiance et t’ouvrir à moi. Nous avons hélas peu de temps, et j’ai besoin de te sentir avec moi. Ta colère peut devenir une alliée si tu la comprends et la canalises ; autrement elle peut devenir ta pire ennemie. Tu connais la légende de saint Michel et du dragon ?

— Oui, bien sûr. Il l’a tué avec sa lance.

— Non, il ne l’a pas tué.

— Pourtant c’est ce que j’ai appris.

— Il ne l’a pas tué, il l’a dompté. Le dragon est le symbole du Mal selon l’Église, mais il était le symbole de l’énergie pure, puissante et aveugle pour les païens. L’énergie de vie, l’énergie terrestre et cosmique. Détruire le dragon serait détruire la vie. Le dompter, c’est être capable de l’empêcher de devenir destructeur et même peut-être de l’utiliser pour faire le Bien.

— Ma colère aussi est un des visages du dragon…

— Absolument. La détruire aveuglément signifierait détruire une partie de toi-même. Mais comme cette énergie ne disparaît jamais complètement, réprimée en toi, elle serait rejetée autour de toi, et des choses négatives arriveraient. Tu verrais des diables partout alors que le seul diable serait toi.

Arnaud ne disait rien. Il laissait les mots de Tal l’envahir. Il ne comprenait pas tout, mais devinait que ce que lui faisait découvrir le druide occuperait ses pensées pendant des jours et des nuits.

— Mais si ce puissant dragon tombait entre les mains d’un homme mauvais et sans scrupules ? dit-il avec angoisse. Oh mon Dieu, ce serait terrible ! Et c’est déjà arrivé plein de fois dans l’histoire.

Tal hocha la tête.

— Hélas. Mais avant de devenir un justicier du monde, il faut d’abord faire la paix avec soi-même.

— Oui, dit Arnaud. Je dois vaincre le dragon en moi pour m’en faire un allié qui m’aidera quand je devrai me battre contre le dragon extérieur.

— Bravo, my boy ! dit Tal en lui donnant une tape amicale dans le dos. D’autant plus que « le dragon extérieur » comme tu l’appelles aura peut-être été déjà dompté et canalisé par l’homme mauvais qui essaiera de l’utiliser pour faire le mal…

Arnaud frissonna.

— Vous parlez de l’oncle de Sieg avec son tube de Vril, la force de vie ? Que peut-il faire avec ?

— L’île renferme un pouvoir mille fois plus fort que celui que renferme ce tube. Elle est sacrée depuis toujours pour cette raison. Ses secrets se sont perdus au cours des siècles, mais ils sont toujours aussi puissants. C’est une intuition extrêmement forte, ainsi que certaines choses apprises par mon vieux maître druide, qui m’ont amené sur l’île. Enez Disrann signifie l’île de la séparation, car elle se situe à la frontière entre deux mondes. Si la fin de notre monde est proche, c’est ici que tout se décidera. Hélas, nous n’avons que très peu de temps pour y voir plus clair.

Il se leva et regarda Arnaud toujours assis avec gravité.

— Écoute-moi bien maintenant. J’aurais voulu pouvoir te donner plus d’informations et de temps, mais hélas nous n’avons pas ce luxe. Le moment et le lieu sont appropriés. Réfléchis bien à ce que je vais te dire et à ce que tu vas répondre.

Il se tut et un silence troublé juste par le souffle du vent dans les branchages autour d’eux tomba dans la clairière. Arnaud rejeta sa capuche et sentit le vent soulever ses cheveux et chuchoter doucement à son oreille. Il tenta de se préparer à ce qui allait arriver, mais sa tête était vide. Il n’y avait plus que le druide immobile devant lui, les rafales qui tourbillonnaient entre les arbres, et un sentiment en lui d’hyper réalité : comme si la texture même du réel avait changé et était devenue une version exagérée d’elle-même. Il se sentait à la fois dans un rêve et plus réveillé que jamais.

Quand la voix du druide s’éleva, elle aussi avait un timbre différent. Elle était plus profonde, plus forte, plus réelle.

— Veux-tu te transformer pour devenir un instrument du Bien ?

Sans réfléchir, le garçon tomba à genoux devant le druide et les réponses sortirent toutes seules de sa bouche comme si elles étaient des formules consacrées qui avaient toujours existé.

— Je le veux, s’entendit-il dire clairement.

Son cœur se mit à battre follement tandis qu’un calme profond envahissait son esprit.

— Acceptes-tu d’offrir ton temps, ton âme, ton cœur et ta vie pour défendre le Bien ?

— Je l’accepte.

— Acceptes-tu de m’écouter car je n’ai à cœur que ton progrès et le bien du monde ?

— Je l’accepte.

Le druide alors se frappa trois fois la poitrine.

— Je jure et je promets de ne rien faire qui ne soit motivé par le bien d’autrui et de la Terre, notre mère. Je jure et je promets de ne te donner que des conseils dont je suis sûr, après avoir demandé conseil au vieil homme qui vit au fond de moi et au-dessus de moi. Je jure et je promets de toujours rester humble et de t’offrir ma force, ma foi et ma loyauté et de servir le Bien.

Tal s’agenouilla devant Arnaud. La pluie s’était arrêtée et un rayon de soleil ocre baignait la clairière. Les gouttelettes d’eau scintillaient sur les branches nues des arbres.

— Je jure et je promets, répéta Arnaud, de toujours rester humble et de vous offrir ma force, ma foi et ma loyauté et de servir le Bien.

Un léger bruit dans les buissons voisins attira l’attention de l’adolescent. Il leva les yeux. Un regard sombre le transperça : le grand cerf blanc se tenait debout au milieu du taillis. Majestueux et immense, sa pâleur luisant contre l’ombre des branchages, il contemplait la scène en silence. Dans ce regard si profond, Arnaud sentit une reconnaissance, une approbation. Puis l’animal repartit comme il avait surgi. Le soleil disparut derrière des nuages et la pluie se remit à tomber lentement sur les deux hommes agenouillés à l’orée de la clairière."





Oeuvre d'art par Yoann Lossel

Thursday, December 31, 2020

Mes voeux pour 2021 // My wishes for 2021


Chers amis // Dear friends

Quelle année difficile! La Covid a dominé et domine toujours nos vies et nous rappelle combien nous dépendons tous les uns des autres et que le bien-être de notre voisin est essentiel au nôtre. Cette pandémie nous rappelle aussi combien les personnes les plus vulnérables dépendent totalement de nous pour leur propre survie. Dans nos sociétés individualistes, la sombre et terrible Covid prouve notre fragilité et exige le réveil de notre humanité. // What a difficult year! Covid has dominated and still dominates our lives and reminds us how much we all depend on each other and that our neighbour's well-being is essential to our own. This pandemic also reminds us how much the most vulnerable people totally depend on us for their own survival. In our individualistic societies, this dark and terrible virus illustrates our fragility and demands of us the reawakening of our humanity.


Pour moi, la Covid a signifié être séparée de ma famille, ce qui a été comme pour tous, difficile et douloureux. Mais c'est pour une autre raison que j'ai le cœur si lourd aujourd'hui: c'est parce que c'est dernier jour où la Grande-Bretagne, mon pays d'adoption, est encore européenne. // For me, as for most of us, Covid has meant being separated from my family, which has been difficult and painful. Yet it's for another reason that my heart is so heavy today: it's because today's the last day that Great-Britain, my adopted country, is still European.

Depuis le référendum du Brexit en 2016, ma vie a changé énormément et je me suis retrouvée à vivre dans mon existence de tous les jours les thèmes et valeurs sur lesquels ma trilogie, Les Maîtres de l'Orage, est bâtie. J'ai vu autour de moi, la malédiction d'un passé mal compris et voué à être répété, la fragilité de la paix et de la tolérance, la laideur du populisme et de la bigoterie, la différence entre le patriotisme et le nationalisme... // Since the Brexit referendum in 2016, my life has changed enormously and I have found myself living in my everyday existence the themes and values on which my trilogy, Les Maîtres de l'Orage, is built. I've seen all around me the curse of a misunderstood past doomed to be repeated, the fragility of peace and tolerance, the ugliness of populism and bigotry, the difference between patriotism and nationalism...






Vivant dans la Grande-Bretagne du Brexit, j'ai compris comment l'Allemagne des années trente, dont la population en majorité n'était ni des nazis ni des monstres, avait pu être séduite par le nazisme et comment l'apathie de cette majorité de gens normaux avait permis au mal de dominer leur pays. En effet, un pays peut basculer incroyablement facilement dans l'irrationnalité, si ses médias et ceux qui sont au pouvoir décident d'inciter la haine et la division afin obtenir plus de richesse ou de pouvoir pour eux-mêmes. // Living in Brexit Britain, I have come to understand how 1930s Germany, whose population in its majority were neither Nazis nor monsters, could be seduced by Nazism and how the apathy of this majority of normal people allowed evil to dominate their country. Indeed, a country can slip incredibly easily into irrationality if its mainstream media and those in power decide to incite hatred and division in order to gain more wealth or power for themselves.


L'Europe unie a été crée pour que cette malédiction ne se répète plus jamais. // A united Europe was created so that this curse would never be repeated.

Plus jamais. // Never again.

Vous souvenez-vous de cette expression répétée tous les ans comme une incantation pour repousser notre potentiel intérieur pour le mal, au moment des grands anniversaires marquant la fin de nos guerres ou la libération des camps de la mort (le mal humain le plus atroce, étudié, réfléchi et imposé dans ces camps avec une efficacité industrielle)? // Do you remember this expression repeated every year like an incantation to ward off our inner potential for evil, at the time of the great anniversaries marking the end of our wars or the liberation of the death camps (the most atrocious human evil, studied, reflected on and imposed in these camps with industrial efficiency)?

Plus jamais. // Never again. 

Les Maîtres de l'Orage étaient sensés être un cri d'alarme, un rappel que nous ne nous permettions jamais d'être blasés et d'arrêter de nous battre pour que la malédiction de la haine, du racisme, de la xénophobie et du nationalisme ne revienne jamais. Jamais je n'aurais pensé que cette mise en garde deviendrait une description de ce qui se passe aujourd'hui, après tout ce qu'on aurait dû apprendre du 20ème siècle; aujourd'hui, au 21ème siècle. // Les Maîtres de l'Orage were meant to be an alarm bell, a reminder that we must never allow ourselves to be blasés and to stop fighting agaisnt the curse of hatred, racism, xenophobia and nationalism. I never thought that this trilogy meant as a warning would become a description of what is happening today, after all we should have learned about the 20th century; today, in the 21st century.

En quatre ans et demi, le Royaume-uni, ce pays que j'aime passionnément depuis trente-cinq ans, synonyme dans mon imaginaire de fairplay, de tolérance, d'humour et même d'héroïsme lors de la seconde guerre mondiale, s'est délité sous mes yeux entre les mains de politiciens médiocres et inhumains assoiffés de pouvoir et d'argent, ainsi que de leurs acolytes corrompus. // In four and a half years, the UK, a country I've loved passionately for the past thirty-five years, synonymous in my imagination with fair play, tolerance, humour and even heroism during the Second World War, has disintegrated under my eyes at the hands of mediocre and inhumane politicians hungry for power and money, and their corrupt acolytes.

La situation depuis le référendum est devenue de plus en plus toxique, rendant la vie de nombreux immigrés européens ou venus du reste du monde de plus en plus intenable. Tout récemment (comme l'illustre ces captures d'écrans ci-dessous prises sur Twitter) des journalistes de la presse de droite et des politiciens du parti au pouvoir ont incité à la haine de l'Europe et des Européens, et même (pour certains) ont incité à la guerre contre la France... juste pour une dispute sur la pêche! A peine la Grande-Bretagne a-t-elle tourné le dos à l'Union Européenne qu'elle commence à nous regarder comme des ennemis. C'est terrifiant. // The situation since the referendum has become more and more toxic, making the lives of many immigrants from Europe and the rest of the world increasingly untenable. Just recently (as these screenshots taken from Twitter illustrate -- see below) right-wing journalists and politicians from the ruling party have incited hatred of Europe and Europeans, and even (for some) have suggested war against France... just for a dispute over fishing! No sooner has Great Britain turned its back on the European Union than it begins to regard us as enemies. It's terrifying.




Churchill avait tellement raison quand, avec les autres Pères de l'Europe, il a expliqué désirer la création des "Etats-Unis d'Europe" où: 
"Les hommes seront fiers de dire: je suis un Européen.
Nous espérons voir une Europe, où les hommes de tous les pays valoriseront autant être européen qu'appartenir à leur terre natale.
Nous espérons que partout où ils iront sur le continent européen, ils penseront vraiment: ici, je suis chez moi, je suis citoyen de ce pays aussi, les hommes sont mes frères et amis, rencontrons-nous, travaillons ensemble, faisons de notre mieux, tout ceci est en nous, pour le bien de tous." // Churchill was so right when, along with the other Fathers of Europe, he explained he wanted the creation of a "United States of Europe" where: 
"Men will be proud to say: I am a European.
We hope to see a Europe where men of every country will think as much of being a European as belonging to their native land.
We hope that wherever they go in the European continent, they will truly feel : here, I am at home, I am a citizen of this country too, the men are my brothers and friends, let us meet together, let us work together, let us do our utmost, all that is in us, for the good of all."


Cliquez sur ce lien pour voir le discours de Churchill en anglais // Click on this link to watch the Churchill speechVidéo ina.fr: Discours de Winston Churchill au Congrès de l'Europe de La Haye

L'Union européenne nous permet de mieux vivre ensemble, d'être plus forts ensemble dans un monde devenu global. Les Européens en créant des liens personnels entre eux (amitié, amour, famille...) rendent les guerres impossibles car elles ne sont nourries que par la crainte, la haine de l'autre et l'ignorance. // The European Union allows us to live better together, to be stronger together in a world that has become global. Europeans by creating personal links between one another (friendship, love, family...) make wars impossible because wars are only nourished by fear, hatred of others and ignorance.


Cependant Les Maîtres de l'Orage se terminent sur une note positive: une note d'espoir, car l'espoir et ce qui nous permet de continuer à vivre et à nous battre pour ce qui est juste même dans les moments les plus sombres. Et c'est sur une note d'espoir que je souhaite achever mon message de nouvel an. Les vaccins contre la Covid nous apportent l'espoir de sortir de l'angoissant tunnel de la pandémie en 2021. Nous allons pouvoir peu à peu espérer embrasser à nouveau nos parents et grands-parents sans craindre de les contaminer. // Les Maîtres de l'Orage, however, ends on a positive note: a note of hope, as hope helps us live and fight for what's right even in the darkest moments. It is on this hopeful note that I wish to end my New Year's message. Vaccines against Covid give us the hope of getting out of the anguishing tunnel of the pandemic in 2021. Little by little, we will be able to look forward to hugging our parents and grandparents again, without fear of infecting them.


Le Brexit lui ne fait hélas que commencer... Mais l'Europe va pouvoir passer aux prochains défis qui l'attendent et que nous sommes tous si mieux armés à traiter ensemble. Mon espoir pour la Grande-Bretagne est avec les Britanniques formidables que je connais et avec qui je me suis battue contre le Brexit au cours de ces quatre dernières années épuisantes. Mon espoir est aussi avec les jeunes qui ont voté dans leur vaste majorité (quand ils avaient l'âge de voter) contre le Brexit. Les jeunes portent notre avenir et méritent la paix et les opportunités qui nous ont été données en 70 ans de vie européenne. // Unfortunately, Brexit has only just begun... But Europe will be able to move on to the next challenges that await it and that we're so much better equipped to deal with together. My hope for Britain is with the great British people I know and with whom I have fought against Brexit over the past four grueling years. My hope is also with the young people who voted overwhelmingly (when they were of voting age) against Brexit. Young people carry our future and deserve the peace and opportunities we were given in our 70 years of European life.

Chers amis, pour cette nouvelle année, je nous souhaite d'apprendre à mieux vivre ensemble. Je nous souhaite d'accepter et même de chérir nos différences tout en construisant un futur de coopération et de paix, pour mieux combattre les grands défis qui nous attendent. // Dear friends, for this new year, I wish us all to learn to live better together. I wish us to accept and even cherish our differences while building a future of cooperation and peace, to better fight the great challenges that await us.

Tous mes meilleurs vœux de santé et de joie, pour vous et ceux qui vous sont chers. // All my best wishes for health and joy, to you and your loved ones.





Monday, November 23, 2020

Ce n'était pas des monstres et pourtant ils ont agi comme des monstres // They were not monsters yet they acted as monsters

 

Ils n'étaient pas des monstres... pourtant ils agirent comme des monstres. 

Ouvrons les yeux. 

Ne répétons pas ces épisodes si sombres de l'Histoire. 

Soyons du bon côté de notre histoire.

Plus jamais!

They were not monsters... yet they acted as monsters.

Let's open our eyes.

Never repeat those dark episodes of the past.

Let's be on the right side of our history.

Never again!




Auschwitz personnel, 1944. 
Ordinary people, not monsters, make atrocities happen. 
// 
Personnel d'Auschwitz, 1944. 
Des gens ordinaires, pas des monstres, commettent des atrocités.

Nazi horror didn’t start with genocide. 
It started with words... 
...with the dehumanizing of minority groups. 
Once they were seen as less than human, anything could be done to them. 
If you’re waiting for genocide to start before you speak up, you’re leaving it too late. //
L’horreur nazie n’a pas commencé par un génocide.
Tout a commencé par des mots...
...et par la déshumanisation de groupes minoritaires.
Une fois qu'ils étaient considérés comme moins qu'humains, on pouvait tout leur faire subir.
Si vous attendez le début d'un génocide pour prendre la parole, vous avez attendu trop longtemps et il est tragiquement trop tard.

The most dangerous delusion is, “it can’t happen here”.
//
L'illusion la plus dangereuse est «cela ne peut pas arriver ici».


Andrew Stroehlein is European Media Director, Human Rights Watch, @HRW, covering #humanrights worldwide.
//
Andrew Stroehlein est directeur des médias européens, au "Human Rights Watch",
@HRW, couvrant les droits de l'homme dans le monde entier.