Saturday, August 6, 2022

 



"... La lueur des lampadaires, dont l’orangé teintait la nuit d’une nuance sépia, s’accordait assez bien avec la mélancolie, à la fois triste et douce, qui m’avait absorbé. J’errai longtemps, sans éprouver de fatigue, de petites rues sombres en petites rues sombres ; coupe-gorge étroits et déserts où s’exprimait encore, en effluves nauséabonds, le passé marin de la cité, et où, privilège de mendiant, je pouvais marcher sans crainte. Mes pas me menèrent vers le fleuve, juste au bord de ses eaux qui clapotaient doucement contre les quais. 

Une brume épaisse s’était levée et avait graduellement effacé tous mes points de repères : je m’aperçus que je n’avais aucune idée du lieu où je me trouvais. Je pris cependant rapidement conscience que cet endroit avait quelque chose d’intrinsèquement différent ; différence subtile à laquelle je ne pus trouver ni définition ni explication. Égaré et impuissant, je me contentai de ne penser à rien et de m’imprégner de l’ambiance qui régnait autour de moi. La métropole était immense. Je ne la reconnaissais pas mais la sentais palpiter autour de moi, à la fois familière et énigmatique ; comme la rivière, ondulante et suprême, grosse d’ombres, de souffles et de mystères. Étranger dans un lieu étrange, je respirai profondément et laissai s’égarer mon regard désorienté. Le brouillard qui, monté de la mer, porté par vents et courants, avait touché la ville de sa fraîcheur iodée, me la révélait, dans la magie de son flou irradié de lumières, comme une vision fantastique et miraculeuse. J’avais la sensation d’être dans un entre-deux à la fois réel et fabuleux. Je pensai à la Cité des hommes et à la Cité de Dieu. J’étais perdu et cela me parut délicieux."

Extrait de AYUB, mon roman initiatique et alchimique, en vente chez l'éditeur sur www.artetsymboles.com/ayub, ou sur Amazon, ou encore en commande chez votre libraire.

Bonnes vacances à tous et, je l'espère, bonne lecture ! :)




Friday, May 6, 2022

La genèse de AYUB et quelques conseils pour vivre le livre plutôt que juste le lire.





Genèse de AYUB.


Mon roman AYUB parle d’une initiation qui, par alchimie spirituelle, transforme un homme à peine formé en ce qu’il est vraiment dans son essence : en ce qu'il a le potentiel de devenir.

AYUB est le résultat tangible d’une expérience d’écriture initiatique, qui m’a fait symboliquement et spirituellement naître à moi-même. Je l’ai écrit dans l’espoir qu’il soit pour ses lecteurs non seulement une lecture originale, mais aussi une expérience potentiellement transformative.

Nous vivons dans une société résolument matérialiste et avons négligé, à notre détriment, l’importance de notre inconscient, l’athanor (le four des transformations alchimiques) où naissent et se développent nos émotions et motivations les plus puissantes. 

J’ai vécu les années de mon initiation, durant lesquelles j’ai écrit AYUB, au contact d’anciens textes et images alchimiques et mystiques, qui m’ont donné accès à cet autre langage, celui des rêves et de l’inconscient, celui de notre être le plus profond, celui de l’éternel humain.

Parmi les nombreux textes et documents que j’ai étudiés en profondeur, les images du "Rosarium Philosophorum" et du "Splendor Solis" ainsi que le texte de La Divine Comédie de Dante ont joué un rôle particulièrement important dans mon initiation.



Le Rosarium Philosophorum - Le Rosaire des Philosophes 


Comment la nécessité d'écrire AYUB s'est imposée à moi.

AYUB a une place très particulière dans ma production littéraire ainsi que dans ma vie. Il a beau être en surface fictionnel, il est vrai en profondeur. Tous mes autres écrits sont liés à lui. Il est la racine de tout, l’expression la plus épurée de ce que mon initiation spirituelle m’a révélée. C’est le livre qui m’a donné naissance une seconde fois. 

Mon travail d’écrivain a toujours été lié à ma quête spirituelle, ma quête d’un sens à la vie et à la condition humaine. Déjà mes histoires pour jeunes adolescents, publiées par l’éditeur anglais Hodder & Stoughton, et mon premier roman inédit, Aux Portes de la Nuit, avaient cette dimension mais encore en ébauche. 

Le déclic qui déclencha en moi la nécessité d’écrire AYUB se passa lorsque des amis perdirent leur fils de 25 ans dans un épouvantable accident de moto. Je fus aux premières loges de leur souffrance et de leur désespoir face à l’horreur et à l’absurdité de leur perte. Je n’avais que 30 ans. Lorsque le père du jeune homme défunt me demanda alors que nous veillions son fils: « quel est le sens de ce cauchemar ? », je ne pus que lui répondre que je n’en voyais aucun. Un an après ce grand malheur, et souffrant de dépression, je compris qu’il m’allait falloir trouver un sens à la vie pour pouvoir continuer à vivre et peut-être pour pouvoir aider d’autres personnes égarées autour de moi.

Ainsi commença un intense travail de dix ans, sept années de quête dont trois années à écrire AYUB ainsi que trois ans de plus à l'alléger et à le peaufiner, car sa première version était plus proche d'une thèse que d'un roman !



L'égarement de Dante dans la forêt profonde au début de La Divine Comédie

AYUB ou le fruit d'une quête spirituelle.

C’est à partir d’une table rase, après le rejet de la religion dans laquelle j’avais été élevée, que ma recherche spirituelle a démarré : j’avais eu la chance d’acquérir, grâce à cette éducation religieuse, les connaissances de base et le langage nécessaires pour oser me lancer dans ce travail en solitaire. Mes études de littérature ont elles aussi été un atout.

J’avais lu quelque part que la différence entre un franc-maçon, ou un religieux, et un alchimiste venait du fait que les deux premiers progressaient spirituellement au sein de leur communauté et à travers un rituel, alors que le dernier travaillait seul dans l’ombre de son laboratoire et ne progressait que par ses erreurs et son travail. Je me suis immédiatement identifiée dans le rôle de l’alchimiste : je savais que mon initiation serait solitaire, que mon travail serait sur mon livre (et bien sûr moi-même) et que mes maîtres seraient les écrits de grands initiés disparus.

Je lus énormément, comme je le fais toujours (je venais de finir mon doctorat et une formation universitaire ne s'oublie jamais !), mais cette fois-ci ce n'était plus juste de la recherche factuelle, c'était une quête personnelle : chaque lecture était non seulement analysée mais aussi digérée et vécue. Je dévorai les grands textes des traditions mystiques des trois religions du Livre – le soufisme, le gnosticisme, la Cabbale, et bien sûr l'alchimie –, mais aussi du bouddhisme. Je ne gardais en moi que les pépites qui me nourrissaient et dont le sens me parlait.

Bientôt je commençai à identifier des liens lumineux entre les livres que je lisais, entre les différentes traditions spirituelles humaines. Je voyais en filigrane de notre extraordinaire diversité une profonde unité qui nous reliait tous.

Le mouvement en spirale de la structure d’AYUB a été inspiré par le "Rosarium Philosophorum", qui m'a immédiatement parlé d'involution et d'évolution de l'esprit dans la matière : cette danse sublime entre la matière et son potentiel spirituel.

Je me suis aussi plongée dans la beauté étrange d’autres dessins alchimiques, mettant ceux qui me parlaient le plus sur mon mur, et vivant avec eux jusqu'à ce qu'ils se révèlent à moi. J'ai lu avec passion des textes d'alchimie spirituelle, dont le style obscur et l'atmosphère onirique m'ont profondément affectée. La Divine Comédie de Dante a eu sur moi un effet semblable, puissant et transformateur. J'ai eu le sentiment que mon esprit s'élargissait, j'ai senti des portes s'ouvrir en moi et un flot a pu passer entre mon inconscient au langage ésotérique et alchimique et mon conscient rationnel. Grâce à cette métamorphose en moi, écrire AYUB n'a pas été pour moi une expérience normale et ma façon d’écrire en a été depuis transformée. 

L'écriture des épreuves à la fin de chacune des quatre parties du livre a été pour moi une expérience quasi visionnaire, précédée à chaque fois par une impossibilité de continuer à écrire le livre, une période de questionnements et de doutes pénibles accompagnés de douleurs physiques, jusqu'au jour où, sans prévenir, je pouvais enfin m’asseoir à mon ordinateur et écrire chaque épreuve d'une traite, leurs images s'imposant clairement à moi, comme si j'étais guidée.

Ces épisodes visionnaires sont des moments où le roman qui parle du monde de nos jours se met à décrire celui, trop souvent ignoré, de nos nuits. Les rêves et les épreuves sont, pour moi, les passages réellement initiatiques du livre car le lecteur doit renoncer à son intellect pour accepter de se plonger dans l'océan de l'inconscient, là où nous pouvons tous toucher à l'universel, à l'humain éternel et nous transformer. C'est là où je peux enfin sortir du carcan rigide de la réalité matérielle des mots et des images familières qui leur sont attachées, afin d’entraîner le lecteur dans une autre dimension, où la réalité est autre. 




Trois images du "Splendor Solis" dont la dernière, ma préférée: 
la mort du vieux roi, notre conscient noyé dans les flots de l'imaginaire, et qui passe son sceptre à notre inconscient, le jeune roi sur le rivage (c'est une interprétation parmi bien d'autres : quelle est la vôtre?)


Quelques conseils de lecture :

C'est ici où je me permettrai de donner à mes chers lecteurs quelques conseils de lecture. Je leur demande de suspendre leur intellect lié au monde matérialiste dans lequel nos vivons et de s'en remettre plus à leur ressenti, à leur imagination; de se laisser prendre par la magie de l'histoire et des images décrites, car ces passages parlent à leur inconscient plutôt qu'à leur conscient.

La lecture est de toute façon un précieux exercice pour notre inconscient car nous recréons toujours l'histoire que nous lisons dans nos têtes avec notre propre vécu et nos propres expériences. Mais en général, les histoires pour adultes que nous lisons sont racontées de façon réaliste, même lorsqu'il s'agit de science fiction ou de fantasy. 

Le monde décrit dans les passages visionnaires de AYUB est autre. Il est né du plus profond de mon inconscient et s'adresse à l'inconscient de mes lecteurs. C'était déjà le cas dans ma trilogie Les Maîtres de l'Orage, où le monde souterrain de l'Île Verte est le monde de l'inconscient, où les règles et lois de nos jours sont suspendues pour laisser place aux étrangetés pleines de sens qui emplissent nos nuits. C'est un monde que mes ancêtres bretons (et bien d'autres partout sur Terre) reconnaissaient et appelaient "l'Autre Monde".

J’espère de tout cœur que ces épisodes initiatiques pourront encourager mes lecteurs à se lancer dans leur propre aventure initiatique ; une aventure ouverte à tout humain qui est prêt à s’y essayer. 

Dans le roman, même si Danny, un lambda comme nous tous, n’est pas un grand initié (peu d’entre nous peuvent accéder à cet état), il est un néophyte en quête de sens, comme tout humain peut le devenir. On pourrait dire, en termes d’alchimie spirituelle, que sa prima materia, son grand-œuvre et sa pierre philosophale sont à découvrir et à créer au fond de lui. 

Le point de départ de la quête est au fond de chacun d’entre nous.

À bientôt, chers amis, et bonne lecture !


La bande-annonce de AYUB sur Youtube:



Friday, April 29, 2022

La bande-annonce de AYUB.

 



Chers amis,

J'espère que vous allez bien.

Malgré les nuages menaçants qui assombrissent notre quotidien, le printemps est arrivé, porteur universel de renouveau et d'espoir. 

Comme promis, voici un second message de blog à propos de mon nouveau roman initiatique, AYUB : cette fois-ci pour partager avec vous son teaser, qui vous donnera une idée de son atmosphère et de son thème central.

Mon prochain message de blog vous proposera quelques petites suggestions pour vous aider, je l'espère, à vivre plutôt qu'à juste lire les passages visionnaires dans le roman.

Bon week-end à vous tous et à bientôt !


Cliquez sur l'image ci-dessous:



Sunday, April 17, 2022

Joyeuses fêtes, chers amis! Une grande nouvelle: AYUB est né!

 




Chers amis,

 

Cela n’arrive que tous les trente-trois ans: vendredi dernier, le peuple juif a célébré la Pâque pour marquer l'exode des Israélites hors d’Égypte. Le même jour, les chrétiens ont observé le Vendredi Saint pour commémorer la crucifixion de Jésus, avant de célébrer aujourd’hui le dimanche de Pâques, lorsqu'il est ressuscité des morts. Au cours de ce week-end, les musulmans continueront d'observer le Ramadan, un mois de prières et de jeûne pour commémorer la transmission du Coran. Ajoutons à ces fêtes des trois religions du Livre, nos ancestrales fêtes païennes célébrant l'equinoxe: fêtes du Renouveau et du printemps. La célébration de la lumière et de l'espoir contre la nuit angoissante de l'hiver.

En ces temps si sombres, de guerre, d'intolérance et de haine, une période festive qui rassemble tant d'êtres humains est vraiment à célébrer.

En ces temps si sombres, j'ai moi aussi une nouvelle positive à vous annoncer : mon roman initiatique, AYUB, est publié par une excellente maison d'édition alchimique, du nom de Éditions Philomène Alchimie.

C'est un roman écrit pour l'époque complexe et difficile que nous vivons, et qui pose de nombreuses questions que la plupart d'entre nous se pose.  C’est aussi un roman tout à fait pascal, dans la mesure où il raconte le voyage initiatique d’un homme perdu, en dérive, de la mort à la vie.

Comme "Les Maîtres de l'Orage" et tout ce que j'écris, AYUB tente de décrypter le monde dans lequel nous existons ainsi que les profondeurs de notre univers intérieur. Son but est d'apporter un peu plus de lumière mais aussi d'espoir à ses lecteurs.

Si vous avez aimé les passages initiatiques et magiques dans ma série "Les Maîtres de l'Orage" (publiée par Le Tram Noir, Lemaître Publishing), je pense vraiment que AYUB vous plaira. (NB: Contrairement à ma trilogie, qui peut être lue par tous les âges, AYUB n'est pas un roman pour les enfants.)

Merci à toutes et à tous de votre loyauté et de votre soutien.

Bonne lecture et surtout Joyeuses Pâques, Joyeuse Pâque et bon Ramadan !


PS: Mon livre est en vente directe sur le site de mon éditeur (pour tous les pays): https://artetsymboles.com/ayub.html. Je vous recommande d'aller découvrir sans tarder leur site magnifique et généreux (ils offrent beaucoup d'articles fascinants à lire gratuitement).

Mon livre est aussi disponible en commande chez votre libraire ou en vente sur Amazon et autres sites de librairies en ligne. 

Plus de détails sur mon livre ci-dessous!




Médusa, l'emblème de la maison d'édition, Philomène Alchimie



AYUB

Roman ésotérique de V. David-Martin

Un voyage initiatique de la mort à la vie.

  

EXTRAIT :

« Au petit matin, éreinté par la marche et les tourments, j’osai enfin m’asseoir. Après quelques minutes d’abattement et de stupeur, je levai la tête et vis, comme inspiré par un élan de conscience absolue, la perfection qui partout m’entourait, l’herbe humide de rosée, la fraîcheur verte des arbres, la pâleur dorée du ciel ; et je me souvins de l’extraordinaire cadeau qui m’avait été fait un soir d’orage dans un parc tout à fait semblable à celui-ci. 

Je me rappelai l’indicible beauté de la vision et, en un éclair de compréhension, je saisis l’essence de la puissance née de l’orage, du mélange de l’eau et du feu, du mélange de deux contraires : la raison et l’instinct, l’ordre et le désordre, le bien et le mal... De même, je sentis que si l’aube était parfaite c’était parce qu’elle retenait encore quelque chose des mystères de la nuit, tout en s’éclairant doucement des promesses du jour. L’harmonie absolue de l’univers soudain me frappait et, toute fatigue envolée, je sentis frémir en moi un bonheur intense. 

Je compris que j’appartenais au monde : lui en moi, et moi par lui, avec lui et en lui. Tout était lié, Hawken, l’étoile que je voyais encore luire dans le ciel clair, l’oiseau qui flottait sur l’air, l’arbre qui murmurait dans la brise, la fleur qui s’éveillait, le ver qui se lovait dans l’herbe, le roc qui somnolait, et moi, et tous les êtres. « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour accomplir les miracles de l’unique. » Pourquoi oublions-nous tellement souvent le pouvoir de ce si simple secret ? »

 

SYNOPSIS ET GRANDS THEMES :

Un soir d’hiver dans les années 1990, au cœur d’une grande métropole, la vie médiocre de Danny brutalement bascule. À partir de ce moment, tout sera différent.

Le narrateur, un jeune homme en dérive dans un monde matérialiste et postmoderne auquel il ne se sent pas appartenir, se retrouve du jour au lendemain à la rue. Tombé dans la déchéance, aussi bien sociale que physique et morale, il rencontre l’énigmatique Virgile, un alchimiste spagyriste, qui lui offre refuge dans son antre sous la terre. Cette expérience marque pour Danny le début d’un extraordinaire voyage initiatique, voyage de découverte et de reconstruction, entre conscient et inconscient, réalité et rêve, doutes et révélations. À travers une suite d'épreuves de plus en plus exigeantes et visionnaires, ce périple en profondeur le mènera vers une rédemption personnelle et la vision fulgurante d’une rédemption universelle, quand il pourra enfin comprendre le miracle d’Ayub.

Derrière l’intrigue mystérieuse, dont les racines plongent dans une tradition mystique et ésotérique séculaire, ce sont les questions plus pressantes que jamais du sens de la souffrance humaine, du sens de la vie, et du rapport souvent négligé de l’homme à l’inconscient et au spirituel, qui deviendront le centre de la quête de Danny.

AYUB n’impose aucune réponse, car il existe autant de chemins pour parvenir à l’éveil qu’il existe d’individus, mais il incite chacun à découvrir que la vie est une quête dont le départ est au fond de soi.

AYUB est dédié à tous ceux qui cherchent. 

 

A venir sur ce blog : la genèse de AYUB, une bande annonce de AYUB et quelques conseils de lecture pour vivre l'initiation de Danny plutôt que juste la lire.