Monday, November 10, 2014

Le 11 novembre et la nuit du 9 au 10 novembre. N'oublions jamais.




MARCEL COTTERET.
Un de mes grands-oncles qui se battirent héroïquement contre le fléau nazi.
Il y sacrifia sa vie. *

(NB:  Apologies to my non French speaking friends as I don't have the time to translate my blog posts at the moment and they'll have to rely on the Google translate tool on the blog. Bilingual service will be resumed as soon as the novel is finished.)


Demain, nous célébrons le 11 novembre, car jamais nous n'oublierons le sacrifice de ceux qui ont donné leur vie pour que nous puissions vivre la nôtre en liberté. 




La flamme du Soldat Inconnu, sous l'Arc de Triomphe, à Paris.



Les Allemands eux aussi souffrirent de ce vingtième siècle sanglant. 



Mais la nuit d'hier à aujourd'hui marquait un autre anniversaire, celui de la "Nuit de Cristal", joli nom pour décrire un épisode très sombre de notre passé européen. 

Cette nuit fatidique annonça le début officiel de ce qui devait devenir "la solution finale" (terrible euphémisme) et que l'on nomma plus tard l'Holocauste. Celui qui ne se souvient pas de son passé est condamné à le répéter, et nous avons hélas déjà vu cette année des marques distinctes de ce chaos en passe de recommencer. Cercle vicieux absolument terrifiant!

(Toutes les images ci-dessous sont des photos de cette effroyable nuit.)














2014 a été particulièrement marquée par les forces du chaos et de la mort: souvenons-nous, mes amis, rappelons-nous les leçons de notre passé, et battons-nous avec toute notre humanité, notre compassion et notre espoir contre l'obscurité, la violence et la haine.

Promettons-nous de ne jamais oublier et de faire en sorte que nos enfants non plus n'oublient jamais. 




Message d'un syndicat d'étudiants français à ses membres pour commémorer le 11 novembre 1940 sous la botte allemande.



* COTTERET Marcel, né le 2 septembre 1906 à St-Malo. Combattant de la guerre 1939, père de trois enfants, il s'engage dans la 4e division cuirassée, aux ordres du général de Gaulle.
Renvoyé dans ses foyers à l'Armistice, il entre dans le réseau JOLIUSY, il est incorporé en mars 1941 dans le réseau JOHNY, puis dans celui de JADE-FITZROY. Spécialiste de la téléphonie par ondes courtes, il transmet en Angleterre des renseignements sur les mouvements de navires du port de Saint-Malo, aux mains de l'ennemi, et des plans des fortifications côtières.
Arrêté par la gestapo le 6 juillet 1943 à Saint-Malo, il est incarcéré à la prison Jacques Cartier de Rennes le 7 juillet 1943, puis transféré le 24 octobre 1943 à Fresnes, et comparaît avec plusieurs de ses camarades, dont Isidore Leroux, devant un tribunal allemand. Il est soumis à des interrogatoires par les nazis mais ne parle pas sous la torture. Condamné à mort le 16 novembre, il est fusillé au Mont-Valérien le 2 décembre 1943 avec 6 autres malouins du réseau Jade-Fitzroy. (René Boltz, Marcel Bosquet, Léon Humbert, Max Leban, Isidore Leroux, Arthur Lambert (Vlado) et 4 Polonais.

Chevalier de la Légion d'Honneur

No comments:

Post a Comment